Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hippy

Hippy

les enfants de '68...


la RAF...

Publié par hippy sur 5 Septembre 2013, 08:11am

la RAF...

Vers le milieu des années 1960, les mouvements étudiants (qui avaient vu le jour aux États-Unis principalement pour protester contre la guerre du Viêt Nam et pour l'obtention des droits civiques par la population de couleur) apparurent aussi en Allemagne. Tout comme plus tard en France juste avant mai 1968, la révolte portait sur plusieurs sujets, en particulier sur les méthodes d'enseignement de l'université. Le slogan préféré lancé par les étudiants aux professeurs qui faisaient leur entrée solennelle en procession était alors (de) Unter den Talaren, der Muff von Tausend Jahren (« sous les capes traditionnelles des professeurs, l'air vicié de mille années [allusion au Troisième Reich, qu'Hitler souhaitait voir durer mille ans] »).

Après que les grands partis eurent décidé de former une grande coalition (CDU/CSU + SPD) le 1er décembre 1966, seul le petit parti libéral-démocrate restait en lice, les groupements d'étudiants décidèrent de créer l'Opposition extra-parlementaire ((de) Außerparlamentarische Opposition - APO). Avant même cet acte fondateur, les manifestations atteignirent leur paroxysme. La visite officielle en Allemagne du Chah d’Iran Mohammad Reza Pahlavi (qui avait écrasé l’opposition dans son propre pays avec une extrême brutalité) et de son épouse Farah Diba en mai 1967, déclencha une vague de manifestations. Lors de l’une d’elles, des supporters du Chah attaquèrent des étudiants sans que la police ne réagisse et le 2 juin 1967, un étudiant, Benno Ohnesorg, fut tué dans une arrière-cour d’une balle tirée par un policier travaillant aussi comme espion de la Stasi3. Des jeunes Allemands commencent à demander à la génération précédente des comptes sur son rôle dans la période nazie4, et à lui reprocher sa passivité.

D'une façon générale, le mouvement étudiant allemand s'inscrit dans la vague d'agitation sociale que connaît l'occident depuis la fin des années 1960. De jeunes allemands dénoncent l'impérialisme des États-Unis, qui ont démontré leur autoritarisme avec la crise de Cuba, leur soutien au Shah d'Iran, l'interventionnisme au Viêt Nam. La jeunesse s'est émue de l'assassinat de Robert Kennedy le 5 juin 1968, celui de Martin Luther King le 4 avril, ou encore l'exécution en Bolivie de Che Guevara en 1967. À cela s'ajoute la tentative d'assassinat contre Rudi Dutschke, le 11 avril 1968, qui était la figure emblématique de l'opposition étudiante et marxiste en RFA, et membre influent du SDS (Sozialistischer Deutscher Studentenbund). En France, le précédent de mai 1968 donna évidemment des ailes aux jeunes allemands qui réclamaient une société où l'argent ne serait pas le moteur du monde. Il est évident que l'orientation marxiste des étudiants allemands ne trouvait pas de moyen d'expression légal dans une société hantée par la peur de l'Union Soviétique et dont la capitale "historique", Berlin, était au cœur de l'affrontement idéologique de la guerre froide (Bonn étant à l'époque la capitale administrative)

Compagnons de la RAF, morts :
andreas baader, ulrike meinhof, gudrun ensslin, jan-carl raspe, holger meins, petra schelm, georg von rauch, thomas weißbecker, katharina hammerschmidt , ulrich wessel, siegfried hausner, philipp werner sauber, brigitte kuhlmann , wilfried böse, ingrid schubert, willi-peter stoll, michael knoll, elisabeth van dyck, juliane plambeck, wolfgang beer, sigurd debus, johannes thimme, jürgen peemöller, ina siepmann, gerd albartus, wolfgang grams

Commenter cet article

Archives

Articles récents